Conscience corporelle des artistes et des musiciens

les anges musiciens

Il s’agit de proposer à l’artiste, parallèlement à son travail technico-corporel nécessaire à la pratique de son art, un apprentissage sensorimoteur pour l’aider à ressentir et connaitre son corps pour utiliser celui-ci plus habilement. C’est un processus lent de transformation et de maturation physique et émotionnelle, d’autant que bien souvent les problèmes découlent de troubles posturaux préexistants à la pratique instrumental ou artistique.

Les contraintes imposées par l’instrument, l’entrainement, les techniques astreignantes, les répétitions mécaniques génèrent douleurs, tensions musculo-squelettiques, dystonies qui bloquent l’énergie corporelle et affectent les capacités d’expression. En outre, c’est par la rééducation de la sensibilité musculaire profonde que se produit un changement durable de la motricité.

L’exploration affinée de ses gestes et  postures, de son touché instrumental, l’observation de sa respiration (chant), la conscience de son corps dans l’espace vont faire vivre à l’artiste un champ d’expérience qui développe son écoute intérieure. Avec le temps, il va intégrer de nouvelles organisations psychomotrices et trouver ses propres capacités et limites corporelles. Il va utiliser le tonus juste au bon moment, économisant son effort, ce qui  favorise l’écoute et la concentration. Ses capacités d’expression artistiques vont s’enrichir.

Bibliographie

  • Dominique Duliège, Accorder son corps. L’eutonie pour les musiciens et chanteurs, Montauban, Alexitère Editions, coll. « Médecine des Arts », 2016.
  • Violeta Hemsy de Gainza et Susana Kesselman, Musica y Eutonia, Grupo Editorial.Lumen, 2003.
Publicités