Gymnastique Holistique

Qu’est-ce que la gymnastique holistique ?

« Le corps humain semble posséder une tendance ordonnatrice qui collabore à remettre instantanément tout « à sa place » dès qu’on lui en donne la possibilité. » Lily Ehrenfried

Lily Ehrenfried

La Gymnastique Holistique (c’est-à-dire globale) ou Méthode du Dr Ehrenfried est basée sur l’écoute de soi et la prise de conscience de l’harmonie par le mouvement. La gymnastique holistique (du Grec « holos » qui signifie « entier ») est donc une méthode globale de travail corporel, basée sur le respect du corps. A partir de mouvements simples et précis exécutés en douceur et conscience, décrits et non montrés, elle invite l’élève à retrouver sa mobilité naturelle et une posture équilibrée. Son approche globale du corps humain renforce le lien entre le corps et l’esprit. Être attentif à ses sensations ouvre à une nouvelle conscience de soi et à soi. Ainsi, la tête, le thorax, le bassin et les membres inférieurs retrouvent leur alignement physiologique. Elle permet de prendre conscience des tensions musculaires et de s’en libérer, de renforcer le tonus des muscles profonds et donc de corriger la posture en retrouvant souplesse et mobilité. Si elle s’inscrit dans la filiation des gymnastiques  douces, la Gymnastique Holistique n’est pas qu’une simple gymnastique. Les expériences du corps, leur perception, la prise de conscience de soi, la compréhension du mouvement et le circuit du mouvement en soi, permettent à l’être humain d’évoluer à partir de l’entité du corps. Cette méthode s’adresse à tous, quels que soient l’âge et la condition physique. Elle conjugue mieux-être du corps et équilibre de l’esprit. Elle invite chacun à devenir acteur de sa santé.

La Méthode du Dr Ehrenfried

La méthode suit trois axes de travail principaux : la respiration, l’équilibre et la tonicité qui amènent à la détente active.

  1. Une respiration naturelle plus libre et plus ample rend aussi l’esprit plus disponible. Au fil de la pratique, le corps devient son propre champ d’expérimentation et de découvertes. Chaque mouvement est global et en même temps centré sur une partie du corps (yeux, orteils, épaules…). Sa réalisation requiert une écoute qui favorise l’éveil sensoriel ; celui-ci mène à l’harmonie corporelle, vecteur de confiance en soi. Ainsi, la Gymnastique Holistique est un moyen d’évolution personnelle vers une meilleure conscience somatique et psychique.
  1. Les mouvements de Gymnastique Holistique permettent de retrouver l’équilibre du corps grâce à un juste placement ostéoarticulaire. La tête, le thorax, le bassin et les membres inférieurs s’organisent alors de sorte que le centre de gravité de chacun de ces différentes parties soit aligné. Nos muscles sont polyarticulaires. Ainsi une action localisée dans une partie du corps interagit sur l’ensemble du corps. Par exemple, des exercices sur nos voûtes plantaires favorisent une nouvelle statique. En effet un massage de la plante du pied debout avec une balle, ou un travail avec une baguette sous le pied, axera les genoux, les hanches, le bassin, le thorax, les épaules et donc replacera la tête.
  1. La prise de conscience de notre état de tension musculaire est l’un des fondements de la méthode Ehrenfried. Souvent la tonicité est d’intensité inégale dans la musculature d’un sujet : certains muscles se trouvent en contraction permanente alors que d’autres sont en sous-activité même dans l’effort. C’est pourquoi l’apprentissage de la détente est la clé de l’équilibre du tonus musculaire. En Gymnastique Holistique, la détente n’est pas synonyme d’abandon mais de présence à soi et à ses sensations. Notre corps, quand il est aligné, est à la fois détendu et tonique. Dans la marche, avoir les voûtes de nos pieds toniques permet d’exercer un repoussé du sol. Cette tonicité active les muscles de notre colonne vertébrale de sorte que nos vertèbres ne sont plus écrasées sous l’effet de la pesanteur. Ainsi, notre respiration est libérée. Dans cet état de réceptivité, l’élève prend conscience de l’effort musculaire souvent exagéré qu’il met en jeu pour exécuter tel ou tel mouvement. Tout surplus d’efforts est source de crispations et de fatigue musculaires. Le travail de la respiration permet à l’élève de ressentir physiquement ses stress, ses émotions et, en les reconnaissant, de mieux les gérer. C’est ce chemin qui tend aussi à aider la personne à aller mieux moralement. Un nouveau mode de fonctionnement « à l’économie » trouve encore son application dans tous les gestes du quotidien.

Le praticien décrit les mouvements sans les montrer afin de ne pas interférer avec le rythme de l’élève et de l’inviter à découvrir ses propres possibilités. La Gymnastique Holistique propose à chacun d’explorer les immenses capacités de son corps à travers des mouvements simples et subtils. La consigne d’un mouvement est donnée oralement, l’élève s’en fait déjà une représentation corporelle. Il exécute le mouvement en restant en permanence à l’écoute de ses sensations (étirement dans telle ou telle partie du corps, tonicité dans telle autre, conscience de la respiration en relation avec le mouvement…). Cette écoute de ses sensations au cours du mouvement sollicite tous les récepteurs de son corps et les éveille. Un tel état de réceptivité entraîne chez l’élève les changements recherchés. En Gymnastique Holistique, le ressenti est indissociable de la notion de plaisir. Les mouvements effectués avec douceur et sans jamais forcer sont agréables. Ils génèrent un état de détente et de bien-être. La perception fine des sensations ouvre l’élève à la richesse de son monde sensoriel. Au fil de la pratique, la conscience de se mouvoir autrement apporte satisfaction et plaisir.

Une triple finalité

  1. Thérapeutique : ce travail en favorisant la détente et la liberté de mouvements aide le corps à se libérer des tensions. Il agit sur l’appareil locomoteur: un placement ostéoarticulaire physiologique améliore la façon de se mouvoir et la souplesse. Il agit également sur les organes internes: une meilleure mobilité du diaphragme facilite la digestion et les fonctions d’élimination : reins, tractus intestinal, foie… Il agit enfin sur le psychisme : l’expérience de la détente stimule la résistance au stress, dope les capacités du système immunitaire et augmente la confiance en soi. 

 
  1. Préventive: une pratique régulière a des effets préventifs. Le relâchement des tensions musculaires active la circulation sanguine. Plus de souplesse et de mobilité articulaire exercent une action préventive sur l’arthrose et préviennent douleurs et déformations. À terme, la Gymnastique Holistique contribue à retarder le processus du vieillissement.
  1. Pédagogique : la Gymnastique Holistique permet de découvrir par soi-même ses possibilités. L’écoute active de ses sensations affine la perception de son fonctionnement corporel. Cette nouvelle approche de soi accroît l’autonomie et la capacité à gérer sa santé. Non seulement la personne collabore à sa propre transformation, mais le corps garde la mémoire de tout ce qui lui est bénéfique.

 

Histoire de la Gymnastique Holistique

La Gymnastique Holistique est une méthode de travail corporel qui prend naissance dans les années 1930 en Allemagne. En rupture avec les mouvements mécaniques et répétitifs de la gymnastique sportive, Elsa Gindler (1885-1961) développe le mouvement en pleine conscience de soi. Sous le nom « Aller vers l’ouverture », son approche originale incite la personne à participer à sa propre transformation selon son propre rythme.

Elsa Gindler

Son élève Lily Ehrenfried (1896-1994) jette les bases de la méthode en France. Médecin de formation, Madame Ehrenfried est née à Berlin. Pour fuir l’idéologie nazie, dès 1933 elle s’installe à Paris où elle passe son diplôme de kinésithérapeute. Sur le front pionnier des gymnastiques douces, elle dispense son enseignement en ouvrant des cours collectifs et en formant des praticiens (kinésithérapeutes, psychomotriciens, infirmiers, danseurs). Fidèle à son maître Elsa Gindler, son travail repose sur l’écoute du corps et de ses sensations. Sa technique, consacrée par quarante ans d’expérience, « vise à améliorer toutes les fonctions du corps » selon un postulat fondateur : 

« Le corps humain semble posséder une tendance ordonnatrice, qui collabore à remettre instantanément tout à sa place dès qu’on lui en donne la moindre possibilité. »

En 1984, afin de pérenniser la méthode, Lily Ehrenfried attache son nom à une discipline à part entière sous une marque déposée : La Gymnastique Holistique ou Méthode du Docteur Ehrenfried. Sous son impulsion, les praticiens en Gymnastique Holistique se regroupent au sein d’une structure nationale et internationale, l’Association des Elèves du Docteur Ehrenfried (A.E.D.E.). Sa mission est double : enseigner et promouvoir la méthode.

Biographie détaillée de Lily Ehrenfried :

http://gymholistiqueleblog.free.fr/index.php?post/2011/07/05/Ehrenfried

Bibliographie

  • Alice Aginski, Sur le chemin de la détente, Paris, La Maisnie-Trédaniel, 1995.
  • Guilhaine Bessou, Gym Conscience, Vannes, Editions Sully, 2015.
  • Lily Ehrenfried, La Gymnastique Holistique « De l’éducation du corps à l’équilibre de l’esprit », Paris, Aubier, 1956.
  • Moshe Feldenkrais, Energie et bien-être par le mouvement, Escalquens, Editions Dangles, 1999.
  • Lucie Tétreault (avec Hedwidge Toupin), Respirer des pieds à la tête avec la gymnastique holistique, publié par l’Institut international de Gymnastique Holistique, 2013.
Publicités